vendredi 8 mars 2013

Je drive, tu puttes, il droppe

Et oui, je récidive dans le tricot golfique.

Parce qu'après le franc succès rencontré par ses protège-clubs sur le parcours, mon golfeur de papa m'en a commandé une nouvelle série, dans des tons printaniers.
Pas besoin de me le répéter deux fois...
Je m'étais bien amusée à tricoter les premiers, et c'est un super moyen de liquider des fins de pelotes.
Bon là, mes fins de pelotes ne m'inspiraient pas, j'avais un bon d'achat dont la date de péremption était tragiquement proche, je voulais de la laine pas chère et pas forcément dans des matières nobles, j'ai donc ravalé mon snobisme et acheté de la Phildar avec de l'acrylique dedans. Parce que le principe du protège-club, c'est de résister aux intempéries.
Et bin vous savez à quoi on reconnaît que la laine a de l'acrylique dedans (hormis qu'elle est un peu brillante)? Elle est vachement plus difficile à couper avec les dents, résultat vous êtres OBLIGÉ de vous lever pour aller chercher des ciseaux! Et ça c'est un très très mauvais point (mais ça prouve que la laine est costaud).

Je m'excuse par avance de la piètre qualité de la photo qui ne rend pas hommage ni à l'ouvrage ni au temps radieux qu'il fait en Bretagne (on ne pouffe pas!), mais j'ai des problèmes de matériel et une patience extrêmement limitée avec les machines.



Protège-clubs de golf, modèle en anglais trouvé sur le site de Purl Bee. Tricotés en Phildar Partner 3,5

Ouais, bon, la photo est moche! Et encore une fois, j'ai plutôt fait dans le rustique que dans le chic...
Les petites fleurs de la chaussette de gauche sont les Peerie Flooers de Kate Davies.

Pour terminer, une petite réflexion sur le golf que j'ai trouvée sur un blog de tricot il y a longtemps, mais impossible de retrouver lequel...

Golf is deceptively simple, endlessly complicated. A child can play it well, and a grown man can never master it. Any single round of it is full and tantalizing, precise and unpredictable. It requires complete concentration and total relaxation. It satisfies the soul and frustrates the intellect. It is at the same time rewarding and maddening - and it is without the doubt the greatest game mankind has ever involved.” Forgan Robert, 1899

Le golf est terriblement simple et infiniment compliqué. Un enfant peut y jouer correctement et un adulte ne jamais parvenir à le maîtriser. Chaque coup est intense et excitant, précis et imprévisible. Le golf requiert une concentration totale et une relaxation absolue. Il satisfait l'âme et frustre l'esprit. Il est à la fois gratifiant et exaspérant - et c'est sans aucun doute le plus grand jeu jamais inventé par l'homme."

Pour voir les modèles 2016, c'est par ici!




3 commentaires:

  1. Quelle bonne idée ! Je sens que mon homme va regarder mes aiguilles sous un autre angle. J'ai épinglé ton billet sur Pinterest sur notre tableau "fée moi pas mal avec tes aiguilles" et je l'ai tweeté.

    RépondreSupprimer