lundi 20 avril 2015

De fil en aiguille, 5

Mmm, oui, j'ai un peu traîné à vous raconter le voyage promis, je l'avoue...
Mais bon, il n'est jamais trop tard pour embarquer!
Après l'Angleterre et l'Irlande, cette fois-ci, voyage tricotesque à Edimbourgh (et encore en Angleterre, source intarissable).




Comme vous l'imaginez, la ville regorge de petits magasins de tricots...
Il y a ceux-là:



Mais mon préféré, c'est lui:



Le lieu tient plus du placard que de la boutique. Une fois que vous êtes entrés, et bin y a plus trop de place! L'adorable gérante du magasin est là, sur sa petite chaise avec son tricot et sa théière, et vous vous avez plus envie de décoller.
Il y a malgré tout un vaste choix de laine teinte par ses soins ou non.
J'ai été très raisonnable et n'ai acheté qu'un écheveau que je ne vous montre pas parce que mon bon dieu de bobinoir m'en a fait une charpie. (Qui a cru que j'avais fait une bonne affaire en achetant ce machin sur eBay? Ouais, quand c'est pas cher, c'est souvent louche). Mais bientôt très bientôt, vous en verrez le fruit, de cet écheveau.

Ce que je vous suggère, une fois sortis de la boutique, c'est d'aller vous affaler au pub le Conan Doyle, qui n'est pas loin (en revenant vers le centre ville) et là, au coin du feu, de sortir vos aiguilles, ou votre livre.
Et en la matière, j'ai eu la chance de tomber, au premier jour de mes vacances sur ça:

(Notez le cappuccino et non la bière, on progresse...)

Oh la lecture idéale pour voyager en tricotant!
Ce livre est un recueil de récits (pas vraiment des nouvelles, la plupart étant des récits autobiographiques) d'écrivains et écrivaines qui tricotent. Chacun y va de son souvenir, anecdote ou témoignage sur le tricot. C'est souvent très touchant, ou drôle, ou les deux, et je peux vous garantir qu'on se retrouve à chaque page.
Si vous lisez l'anglais, lisez-le.
Si vous éditez des livres traduits, appelez-moi!

Autre escale de mon voyage, ma ville favorite: Oxford bien sûr!
Et bien figurez-vous que malgré mes 12 000 séjours là-bas, j'avais réussi à louper un fantastique magasin de laine. Situé à une dizaine de minutes du centre, je vous présente Oxford Yarn Shop.


 La boutique où on perd la boule. Ils ont toutes les marques, plein de livres, organisent des rencontres dans leur arrière--boutique et - last but not least - c'est tenu par un monsieur fort courtois, vraiment très très british (avec le petit pull sans manches jacquard et la chemise en dessous, et le pantalon en velours et la veste en tweed. Je me moque pas, c'est juste pour que vous puissiez imaginer correctement.)
Là je me suis lâchée, j'ai pris des tweed de Rowan et de l'alpaga aussi doux que du velours, teint et filé à la main dans le coin.

Voilà, quoi, vous me direz qu'il ne reste plus qu'à tricoter!

J'ai été obligée de faire une faute, y avait plus la lettre "i"
 La prochaine fois, je vous promets du tricot de l'extrême, du yoke qui a pas froid aux yeux, ou peut-être du sang et des larmes, allez savoir... En tout cas promis, je reviens vite!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire