dimanche 7 février 2016

De derrière les fagots

Rien ne vaut un petit ménage de printemps sur son blog (oui, ici c'est le printemps, j'en veux pour preuve qu'une fleur d'hortensia a éclos dans mon jardin), pour ressortir des vieux projets que j'avais complètement oublié de publier.

Comme par exemple, ce bonnet tout simple offert à ma sœur à Noël il y a un an.

Une pelote de Katia Merino Basic
Pour le numéro d'aiguille, j'ai oublié, mais je dirais... du 4?
Côtes 1/1 du début à la fin, je l'ai fait un peu long exprès pour qu'il soit slouch.

Elle m'avait commandé un bonnet gris en côtes, en me joignant le lien d'un site qui vend des choses en laine super belles, super simples, super chères. Ce bonnet de rien du tout que vous voyez là, par exemple, était vendu - si mes souvenirs sont bons - 75 euros, sous prétexte qu'il avait été fait à la main par un pêcheur polonais avec de la pure laine.
Ha ha! J'avais eu un grand éclat de rire en lisant ça. D'abord parce que dans mon esprit, y avait pas vraiment de mer en Pologne (après j'ai découvert que si, en fait) et puis parce que tout ça sentait bon l'arnaque folklorique.

J'ai sorti une petite pelote de Katia Merino Basic qui se tournait les pouces dans un coin et hop, en deux soirées, c'était plié. J'avais coiffé le pêcheur polonais au poteau et ce, pour la modique somme de 4,50 euros.

Remarquez, c'était peut-être pas plus mal de ne pas casser sa tirelire parce que le bonnet a été porté puis perdu. Il est peut-être parti rejoindre ses compères en Pologne, en passant par la mer (oui, parce qu'il y a la mer en Pologne. Si ça vous surprend, c'est que vous deviez confondre...)







2 commentaires:

  1. je ne compte plus le nombre de mes bonnets qui font le bonheur d'autres têtes que celles pour lesquelles ils étaient destinés... mais ce n'est pas le plus grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison! Et moi je ne compte plus le nombre de bonnets trouvés au hasard, par terre sur une route ou au coin d'une rue!

      Supprimer