mercredi 1 juin 2016

Mon truc en toile

Si vous avez bonne mémoire, vous devez vous rappeler qu'il y a quelques mois, avec une amie, on était allées se perdre dans les méandres du Salon de l'aiguille en folie. Où j'avais fait l'acquisition d'un charmant patron de couture sur un non moins charmant stand anglais, Merchant & Mills.



Ni une ni deux, en rentrant à la maison, je me suis attelée à ma bécane. Mais comme j'avais peur de gâcher mon beau tissu - acquis au même salon - j'ai décidé d'être pro et de faire une toile de cette "Trapeze Dress".
Pour les non initiés, la toile en couture, c'est comme la répétition générale au spectacle de fin d'année de l'école. Quand j'ai appris l'existence de la toile, j'ai été surprise, pour ne pas dire circonspecte. Attendez, on va faire une répétition générale de la couture finale? On va coudre pour de faux afin de s'assurer qu'on aura tout bon quand ce sera en vrai?? En gros, on va s'emmerder à coudre deux fois le même truc?! 
Bin ouais, exactement.

Pour ma toile, j'ai choisi un tissu qu'on m'avait donné et qui ne craignait pas grand-chose d'autant que j'en avais plein. Un lainage un peu épais d'un joli bleu nuit.

Avant toute chose, laissez-moi vous dire que ce patron est hyper bien foutu. Les explications pas-à-pas sont accompagnées de dessins explicatifs très utiles, surtout pour moi qui ne m'étais jamais frottée à ce genre de choses.


Le livret comporte un feuillet en traduction française pas franchement irréprochable (c'était globalement plus clair pour moi en anglais vu que de toute façon je ne maîtrise le vocabulaire technique dans aucune de ces deux langues), mais on peut saluer l'effort. 
J'ai appris une tonne de choses: comment faire et poser une parementure, comment faire des manches (ouais, j'ai fait des manches!), et en gros, comment suivre un patron, quoi. 

Je me suis sentie très très fière de moi, même si je me suis aperçue en cousant que j'avais choisi un modèle qui ne correspondait pas du tout au genre de trucs que je porte. Oui, c'est ballot, hein, mais on n'a pas toujours les bons réflexes au bon moment! La robe est ample (très très ample), ras du cou, pas cintrée, pas près du corps... Tout à fait ce que je ne porte jamais!


Ça ne m'a pas empêchée de terminer (sauf que je me suis pas embêtée à faire les ourlets, du coup) et d'essayer l'œuvre. Remarquez, l'éclat de rire qui s'est ensuivi valait bien le coup d'aller jusqu'au bout.
Jugez un peu...



Faisant fi de l'élégance, je me suis confectionné... une robe de bonne sœur!



C'est magnifique, hein. 

Sur ce, j'ai rangé la machine et refilé le patron à ma copine en lui conseillant d'utiliser plutôt un tissu léger et aérien... Mais depuis, la machine a repris du service...

La prochaine cousette sera-t-elle encore plus moche?
Encore moins portable?
Encore plus radicale dans le style soutane moderne? 
Suite au prochain épisode, folks!

4 commentaires:

  1. Amen !
    C'est vrai que c'est étonnant de ta part, tu portes généralement des choses plus près du corps !
    Mais peut être que tu n'avais pas assez confiance en tes capacités "couturesques" pour faire quelque chose de plus ajusté ! Tu as tort : vu ce que j'ai vu tu peux y aller les yeux fermés et je pense que tu trouveras du monde si ça coince (oui, oui, j'en suis sûre). En plus : plus ajusté ne veux pas dire plus compliqué. Donc fonce !

    Mais au moins, cet "essai" aura eu le mérite de me faire beaucoup rire !
    Bises à toi et bonne couture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton gentil message Amélie!! Après tout, c'est un peu grâce à toi tout ça (si si!)

      Supprimer
  2. En tout cas, le résultat ressemble tout à fait au patron ! Peut-être bien que tu l'apprécieras cet hiver avec de bons collants de laine pour travailler au chaud :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison: c'est parfaitement ressemblant! En soi, c'est une réussite! Je vais faire comme tu dis et le garder sous le coude pour les jours d'hiver...

      Supprimer