mardi 1 novembre 2016

Mes orteils et moi (et vous)

Fétichistes du pied, réjouissez-vous! Non, aujourd'hui je ne me déshabille pas les petons, mais on va causer de ce sujet qui, apparemment, vous émoustille.
(Une question pour commencer: les fétichistes du pied existent-ils vraiment? Messieurs dames, existez-vous? Ou bien est-ce encore un de ces mythes dont tout le monde - et moi la première donc - se plaît à perpétuer l'existence pour on se demande bien quelle raison?)
Donc aujourd'hui: MES PIEDS.




J'espère que vous avez une petite semaine devant vous, car c'est un sacré dossier.
Allez je vous rassure, je vais vous faire une synthèse.
En résumé, mes pieds sont de gros emmerdeurs.
Autant moi je suis une fille sympa, facile à vivre (mais qui en doutait encore?!) autant, eux, la vache, ils ont eu moins de bol à la conception et ils se vengent.
D'abord, mes pieds sont de vraies chochottes. La moindre plage au sable brûlant, le moindre changement intempestif de chaussures, la moindre chaussette à la composition louche, et ils nous en font tout un drame. Et vas-y que je me gonfle, que je m'ampoule et que je me cloque. La moindre humidité dans l'air et hop, j'ai les orteils qui nous font un coma, deviennent tout blancs et perdent leurs sensations.
Comme un malheur n'arrive jamais seul, mes ongles de pieds sont eux aussi des petites choses fort ennuyeuses. Ils se plaignent à la première rando ("c'est quand qu'on arrive?!"), me font vivre un enfer ("et si je m'enfonce là, ça te fait mal?") et se plaisent à s'incarner dans des morceaux de chair qui n'ont rien demandé.
Malgré tout, j'essaie de maintenir une certaine harmonie entre nous, je cède à certains de leurs caprices (j'envisage d'épouser l'héritier Birkenstock) mais reste ferme sur mes principes (je marche beaucoup BEAUCOUP, pas question de leur offrir le bus à ces petites ordures). Sans ça, la vie devient parfois un peu schizophrénique quand on est en conflit permament avec son propre socle. Et malgré leur sale caractère et les épreuves qu'ils m'ont parfois fait subir (jamais je n'oublierai le jour où j'ai failli mourir du panard lors d'une très longue marche dans le Somerset, ni la vision d'horreur qui m'a accompagnée pendant tout une année après une rando dans les montagnes irlandaises au cours de laquelle mes chers ongles ont décidé de virer gothique), ce sont les seuls que j'ai.

Dans le but, donc, de ménager cette frêle mais indispensable entente entre mes pieds et moi, et afin de pouvoir continuer à mener une vie plus ou moins normale, j'ai décidé l'autre jour de leur faire un petit plaisir.
Je leur ai tricoté une paire de chaussettes rien que pour eux.



Même modèle, même laine (Chaussettes de la shtroumpfette, laine Fabel de Drops). Même problème de relevage de mailles au niveau du talon. Oui, je sais, un jour j'essaierai un autre patron. Le truc c'est que j'en ai téléchargé un qui a l'air d'être super, mais les 12 pages (sans exagération) de roman avant les explications m'ont complètement refroidie.


J'ai fait des rayures dépareillées parce que je pensais être en panne de gris clair, jusqu'à ce que j'en retrouve une grosse pelote. Mais bon, n'étant pas fétichiste de la rayure symétrique (chacun ses tares), je peux très bien vivre avec. Je suis ravie d'avoir confectionné cette paire à mes casses-pieds de pieds parce que c'est la plus réussie de toutes celles que j'ai tricotées. D'habitude c'est un peu trop large, alors là j'ai tricoté archi serré et c'est parfait.
Il ne reste plus qu'à croiser les orteils pour que ce geste soit bien accueilli par mes appendices inférieurs!

16 commentaires:

  1. Et j'ajoute "C'est le pied !" ^_^

    RépondreSupprimer
  2. Du point de vue rédactionnel, comme du point de vue chaussettal, vous avez du style.

    RépondreSupprimer
  3. Merci encore une fois pour ce moment de lecture, sourire (et rire) aux lèvres.
    Elles sont superbes tes chaussettes. Les suivantes en points irlandais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque fois je dis "la prochaine fois je change de momdèle"... let's see!

      Supprimer
  4. Un bonheur de lire cet article de bon matin, ça donne le sourire ! Je me tricoterai des chaussettes un jour..............un jour........... Les tiennes sont très réussies, belle journée, annie35

    RépondreSupprimer
  5. Il va falloir que tu fasses éditer tes billets Perrine !
    C'est le succès assuré !
    Plus besoin de bosser, du tricot du matin au soir et... D'autres billets, plein de billets, pour notre plus grand plaisir ! Celui-ci m'a fait particulièrement rire !

    RépondreSupprimer
  6. Hey, si tu ne veux pas t'embêter à relever des mailles au talon, essaie donc un "afterthought heel" (il doit y avoir une traduction, mais elle ne me vient pas). Tu m'en diras des nouvelles ! (et les fétichistes des pieds ça existe, j'en ai rencontré ^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais me renseigner sur cet afterthought heel (talon rétrospectif??).
      Quant à ton fétichiste, bigre, ça m'intrigue!

      Supprimer
  7. Tu m'as bien fait rire! Comme quoi c'est toujours les petits (grands?) tracas qu'on raconte le mieux... Profite bien de tes nouvelles chaussettes, moi je suis confortablement calée dans les miennes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait juste!
      Mais dis donc, j'étais complètement passée à côté de tes chaussettes et du projet 44 pieds! Je suis complètement has been, là, avec mes pieds pourris!

      Supprimer
  8. Tain j'ai les mêmes à la maison (je parle pas des chaussettes) sauf qu'en prime dès que la température baisse, je me gratte frénétiquement (mauvaise circulation, allergie au froid, tout ça, tout ça). Donc en voyant ces jolies chaussettes qu'on a bien chaud rien qu'en les contemplant, je me dis, why not. Et pis ce bleu gris, ça fait reine des neiges, t'es vraiment l'as des thématiques!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh on devrait fonder un club, on se marrerait bien.
      Mais la reine des neiges ne porte-t-elle pas exclusivement du rose?!

      Supprimer