samedi 14 janvier 2017

Les yogis aux pieds chauds

S'il y a bien un truc que j'adore dans la vie et dont je ne me passerais pour rien au monde (ok, il y en a plusieurs, de ces trucs, mais pour les besoins du propos, on va faire abstraction des autres), c'est mon cours de yoga.

J'adore ce rendez-vous hebdomadaire que j'anticipe avec délice, j'adore y être, j'adore en repartir dans un état proche de la lévitation, j'adore y penser, j'adore qu'il me manque pendant les périodes de vacances et j'adorerais que ce cours devienne quotidien, mais c'est difficile (rapport à tous ces autres trucs que j'aime aussi et à qui il faut bien faire un peu de place.)



Ca ne se voit pas, mais le pull, c'est mon Grande Favorito que je porte tout le temps, même au yoga.


J'adore ma prof et mes compagnons de yoga. Depuis quatre ans que nous pratiquons ensemble, nous avons tous pris nos petites habitudes. Il y a ceux qui s'assoient exclusivement dos à la fenêtre sinon ils n'arrivent pas à se concentrer, il y a ceux qui au contraire (comme moi) aiment bien voir l'arbre et les nuages et le coucher de soleil par le carreau, il y a la brochette du fond qui papote toujours avant le cours, et il y a ce couple âgé qui ne vient jamais sans son chausse-pieds (pour se rechausser à la fin du cours! Je trouve ça mignon comme tout).
Parmi ces petits rituels qui donnent encore plus de valeur à ce rendez-vous, il y a mes deux voisines de tapis préférées: Huguette et Jeanne. À nous trois, on couvre presque trois générations et je m'installe toujours entre elles deux. Avant la séance, évidemment, on discute, et même si on ne se voit pas en-dehors du cours, je crois qu'on aime bien se retrouver là.

Et donc, (oui, vous vous demandez un peu où je veux en venir avec mon adoration perpétuelle, mais nous y arrivons) l'autre jour, alors qu'on attendait tranquillement le début de la séance, chacune sur notre tapis, j'en ai profité pour crâner avec mes nouvelles chaussettes à rayures tricotées main. Pas très yoga comme attitude, soit, mais bon, nul n'est parfait.

Comme j'ai créé une petite sensation, j'ai décidé de leur en tricoter une paire chacune pour Noël.

Je n'ai pas poussé l'originalité jusqu'à leur offrir une paire dépareillée. J'ai fait une  paire bleue et une jaune.

J'étais un peu embêtée pour la taille, parce que c'est quand même vachement plus pratique de tricoter des chaussettes pour soi, qu'on peut essayer au fur et à mesure. J'ai profité d'un chien tête en bas pour reluquer astucieusement leurs pieds, mais avec ma mauvaise vue, la lumière tamisée et l'étourdissement d'avoir la tête en bas, j'avais quand même du mal à me rendre compte. Finalement, j'avais tellement peur de me planter que j'ai décidé de les faire à ma taille (mais non, pas pour pouvoir les récupérer pour moi si jamais ça n'allait pas, voyons!) Mes pieds ont bien des défauts - on le sait tous désormais - mais ils ont au moins cet avantage d'être de format standard, donc il m'a semblé que c'était l'option la plus sûre (même si je soupçonne Huguette de chausser petit et Jeanne d'avoir le pied large mais bon...)

Mes pieds sont peut-être de gros emmerdeurs, mais ils ont le yoga dans la peau...

Lors de ce tricotage intense de chaussettes, j'ai remarqué un truc assez bizarre dans ma bande de côtes. Ce sont des côtes 1/1, par définition réversibles, donc. Hé bien pourtant, elles sont beaucoup plus régulières sur l'envers que sur l'endroit.
(J'ai oublié de vous en faire une photo avant de les offrir, je vous demande donc de me croire sur parole. Je vous jure sur la tête du Père Noël que la différence est visible).
Mais comment cela se fait-il? Puisqu'elles sont réversibles? Et surtout, comment m'arranger pour que l'envers se retrouve à l'endroit.... puisqu'elles sont précisément réversibles??? Je me suis creusé les méninges et abîmée dans des raisonnements dignes d'une démonstration d'algèbre et honnêtement, je pense qu'il serait plus simple d'expliquer le Big Bang que de répondre à cette question. Si quelqu'un a une idée du pourquoi (et du comment y remédier), qu'il parle aujour'hui ou se taise à jamais!

J'adore ces petites chaussettes à rayures que je compte bien reproduire à l'infini. Parce que grâce à ma précédente paire, ma tentative de réconciliation avec mes pieds a fonctionné à merveille: mes orteils nagent dans le bonheur de la chaussette tricotée main. Ils m'en réclament de nouvelles, ils ne veulent plus entendre parler d'autre chose (j'aurais dû me douter que ça allait leur filer des goûts de luxe...) et par les températures actuelles, je dois bien reconnaître que ce sont les seules à les tenir au chaud. Et puis ils ont rallié à leur cause leurs voisins de palier, ceux de ma moitié, qui se mettent à leur tour à faire des caprices et réclament à cor et à cri de la chaleur pour l'hiver.
Vous avez pas fini de voir de la chaussette à rayures, c'est moi qui vous le dis...


6 commentaires:

  1. Encore un article qui donne la pêche ! j'allais dire de bon matin, mais vue l'heure..... J'ai honte à dire que je ne me suis jamais tricoté de chaussettes! J'ai essayé, mais le talon ne m'a pas plu. J'ai peut-être un peu pinaillé.........ce n'était pas si moche que ça, promis, je vais m'y remettre! Je ne peux résoudre le problème de côtes réversibles, je regarderai les miennes de plus près et je vais me poser des questions! Temps à faire du tricot ici, vautrée dans mon fauteuil moulé à mes formes...........qui vont encore en prendre un coup car il y a aussi la galette chez les voisins ! Beau dimanche ! bises bretonnes, annie35

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant je viens ici pour te lire (et rire de bon matin) mais également pour lire les commentaires d'Annie :-).
      Pour voir tes jolis tricots et cousettes aussi bien sûr...

      Supprimer
  2. et alors? comment ont-elles été accueillies par les voisines de yoga? vont-elles? c'est risqué, et j'ai tout de suite pensé que en effet, si elles n'allaient pas, elles t'iraient à toi ;)

    RépondreSupprimer
  3. Quelle chance! Il faut que je guette si dans ma campagne il y a un cours de yoga quelque part. .. si en plus on peut s'y faire des copines!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, guette, je pense que ça pourrait te plaire!

      Supprimer