mardi 6 juin 2017

Soirée crêpe

Ça fait un petit bout de temps que j'ai envie de me frotter aux tissus fluides, glissants, embêtants à coudre. Et comme ça fait un moment aussi que j'ai envie d'une chemise fluide, légère, agréable à porter, je me suis dit qu'il était temps de faire concorder ces envies et de produire du fluide, du léger-glissant, de l'embêtagréable (la couture est le lieu de toutes les contradictions, c'est bien connu!)


J'ai donc dégotté chez Myrtille (magasin dont il me souvient vous avoir dit ici les pires horreurs - je retire tout ce que j'ai pu écrire, flagellez-moi) un petit coupon joli et pas cher d'une matière qui était, à en croire l'étiquette, de la crêpe.

Mmmm... je ne m'y connais pas vraiment en tissus, (mais je m'y connais en crêpes!) mais je peux vous garantir que ceci n'est pas de la crêpe. Il s'agit plutôt, à mon humble avis de néophyte, d'un truc en polyester. J'ai tout de même rapporté ma crêpe myrtille chez moi, toute contente, parce que crêpe, polyester, viscose ou mélange de tout ça, on s'en fiche, elle est fluide, elle est agréable, elle glisse à souhait sous le pied de biche.
Pour cuisiner ma crêpe, j'ai ressorti le patron de la chemise Carme.


(En fait, ça vous ennuie si dorénavant nous l'appelons "chemise" Carme plutôt que "blouse"? Ce mot m'évoque tout une galerie d'images moins flatteuses les unes que les autres, genre fée du logis sortie des sixties vêtue d'un ravissant camaïeu d'orange et marron. Et puis j'ai passé mon adolescence dans une ville où régnait le "Palais de la blouse", référence incontournable des ménagères de la province et je crois que je suis traumatisée à vie. Notez que je n'ai pas non plus d'affection pour le mot "chemisier", qui, pour le dire en un mot, fait vieillot.)
La chemise Carme, donc!

Mes photos pourries ne font pas vraiment honneur à l'ouvrage, croyez-moi. C'est bien plus chic en vrai. 
Cette fois j'ai eu envie de me frotter aux plis du plastron, mais juste pour voir (parce qu'en vrai, je la préfère sans les plis). Bon, j'ai essayé vite fait parce que je n'avais pas envie d'y passer ma soirée crêpe, mais en gros, j'ai pas réussi. En fait, il aurait sans doute fallu que je suive les instructions en vidéos sur le site de Pauline Alice et ça, voyez-vous, ça m'ennuie un peu. Je dois avouer que je n'aime pas m'aider d'une vidéo pour coudre. Pour des raisons bêtement pratiques d'abord: si en plus de la machine à coudre, le fer, le bazar, le tissu, il faut encore faire une place pour l'ordinateur sur la table de couture, je vais être obligée de déménager. Et puis la vidéo, c'est le stress! T'appuies sur "play", tu prépares ta boîte d'aiguilles pour épingler tout comme sur la vidéo, les images défilent à toute vitesse, t'as rien vu, tu fais pause, tu épingles, tu ne comprends rien, tu remets en arrière, tu re-dégaines une aiguille, tu rappuies sur "play" et là bing, dans la précipitation, tu fais tomber toute ta boîte d'aiguilles dans les rainures du parquet (ça sent le vécu, hein?).
Bref, j'ai laissé tomber le plastron.
Pour la suite, je me suis débrouillée sans trop de mal, l'inconvénient du tissu fluide et fuyant étant compensé par le fait que j'avais déjà cousu ce patron.
Forte de cette solide expérience, j'ai d'emblée rabaissé les pinces (encore trop hautes m'enfin). Cette étape se serait très bien déroulée si mon feutre farceur "spécial couture qui s'efface tout seul" n'avait pas décidé de faire des siennes. Alors autant pour mon essai de plis de plastron, il s'effaçait au bout de trente secondes, autant sur les pinces, l'abruti a décidé de ne pas s'effacer. J'ai donc un point violet au bout de ma pince (judicieusement placé, donc, hein...!) et ça m'enrage un peu. Je crois que je vais de ce pas détruire ce feutre.


Je suis ravie de ma jolie chemise. Elle est fluide comme je veux, accordée à mon mur de salon (toujours utile) et super confortable.
J'ai d'ailleurs une idée pour une troisième réalisation carmienne, mais ça sera pour une prochaine aventure...

5 commentaires:

  1. J'ai toujours dégoté de chouettes tissus à Myrtille, mais il faut laisser faire le hasard... Par contre ce n'est pas gentil de me le rappeler, parce que je n'ai pas sorti ma machine depuis des lustres et donc certainement déjà trop de stock... Mais comment vais-je faire pour enlever cette idée de ma tête ?! ^_^

    RépondreSupprimer
  2. C'est parce que ta 'chemise' est ultra belle que ça me donne envie, cela va sans dire ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seule solution pour remédier à ce problème: te coudre cette chemise! Comme ça tu déstockes, tu dépoussières la machine, et tu te crées une bonne raison de retourner chez Myrtille...

      Supprimer
  3. En voilà une belle crêpe bretonne !!! J'avoue, c'était facile ! (je ne suis pas encore remise de deux jours au Puy du Fou !). Mon niveau "couturesque" ne me permet pas encore de me lancer dans un tel exercice, de ton côté, c'est très réussi. Et assorti au mur su salon, alors là, c'est la classe !! Il y aurait de quoi faire une bande dessinée avec la "vidéo-couture"! Tu m'as encore bien fait rire! Il faudrait que j'aille faire un tour acheter du tissu chez Myrtille à Rennes ou à la Foire aux Tissus près de Granville, et là, on peut passer la journée si on veut tout voir ! Merci pour ce bon moment à te lire, à bientôt pour de nouvelles aventures, bises, annie35

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh faut se lancer, avec un petit tissu pas cher et qui risque rien de chez Myrtille.... Tu pourrais te surprendre toi-même! (je sais de quoi je parle...)
      Merci à toi pour ta bonne humeur et bonne virée tissus!

      Supprimer